Décalogue de l'Artificier :

Les munitions tu serviras, avec amour et tendrement ;
Grande douceur tu leurs devras, en les couvant obstinément.

Douche ou bain leur éviteras, coup de soleil pareillement ;
Bon toit, bon lit, leur choisiras, te conduisant bien galamment.

Le feu du ciel redouteras, la cigarette également ;
Le désherbage effectueras, avec grand soin, fidélement.

Fils de Bacchus tu ne seras, sous peine d'émiettement ;
De l'eau bien pure tu boiras, afin de vivre longuement.

Les B.O. douze éplucheras, et les D.M. assidûment ;
En chaque jour tu puiseras une leçon modestement.

Chaque matin travailleras plus que la veille prudemment ;
Ainsi le soir tu reviendras à tes amours, passionnément.

Obus et bombes charmeras, mines et pièges mêmement ;
Sage astucieux te montreras en les cueillant frivolement.

En campagne tu livreras tous tes trésors rapidement ;
Un oeil ouvert tu garderas même en dormant, nonchalamment.

Les combattants tu serviras jusqu'à complet épuisement ;
Digne d'eux te révèleras, bien qu'en oeuvrant obscurément.

Sur tout, sur tous tu veilleras, partout, toujours, activement ;
Et puis un jour tu partiras, sans artifice... tristement...

Capitaine Henri MARTIN,
professeur à l'école des Munitions
Quartier Lariboisière
Bourges, le 11 septembre 1945.

retour au sommaire